Interview de rentrée dans la Marseillaise

25 septembre 2023 | Actualités

Interview dans la Marseillaise – Le grand entretien – édition du 22 au 28 septembre 2023

Le grand entretien

Toutes les semaines dans La Marseillaise, nous invitons une personnalité des départements du Gard ou de l’Hérault à répondre à nos questions. Ce vendredi, Nathalie Oziol, députée insoumise élue aux dernières législatives, revient sur sa première année dans l’hémicycle, la rentrée parlementaire, la stratégie de la France insoumise au Parlement et son avenir à Montpellier.

Entretien réalisé par Tristan Arnaud

Assemblée

Question : Quel bilan tirez-vous de cette première année à l’Assemblée nationale ?

On peut dire que ça n’a pas été une année banale. L’épisode marquant a été la réforme des retraites et la bataille, à la fois à l’Assemblée nationale et dans la rue, que nous avons menée contre cette réforme absolument injuste et contre laquelle des millions de Français ont manifesté pendant des semaines. Ma première année de mandat aura été marquée par cette bataille qui est une question de vie ou de mort pour certaines personnes. Nous avons mis le gouvernement en difficulté et certes la réforme est passée, mais elle est passée en force et ce n’est pas une victoire ni pour Emmanuel Macron ni pour son gouvernement.

Rentrée parlementaire

Comment appréhendez-vous cette rentrée parlementaire ?

Ce sera encore une année de bataille. Le gouvernement continue de faire comme s’il avait carte blanche pour déployer une politique violente, brutale avec les mêmes idées néolibérales qui vont tout saccager dans le pays. De notre côté, nous allons continuer à être extrêmement mobilisés.

Pourriez-vous voter la régularisation des travailleurs sans-papiers dans la future loi immigration ?

Il y a erreur sur la nature de la régularisation dont il est question dans ce projet de loi. Ce qui est au cœur de ce projet, c’est la régularisation de certains travailleurs sans papiers avec beaucoup de conditions, notamment celles d’avoir effectué des métiers en tension et ça dénote bien une vision utilitaristes des travailleurs étrangers. C’est la 21e loi en 22 ans qui concerne l’immigration et la sécurité, comme si ces deux thématiques étaient liées, et on ne tire jamais le bilan des lois précédentes. À la fin des débats, vous verrez que toutes les forces de la Nupes voteront contre ce texte qui sera rebutant, nauséabond et rance.

On parle d’un nouveau 49-3 pour faire passer le budget, déposerez-vous à chaque 49-3 une motion de censure ?

Nous allons en discuter avec les différentes formations de la Nupes mais c’est une possibilité. Jusqu’ici nous l’avons fait car il ne faut jamais banaliser un 49-3. Cette année, ils pourraient utiliser jusqu’à quinze 49-3. Le gouvernement a eu chaud lors des retraites et il sait désormais qu’à chaque motion de censure, ça peut être la fin.

La stratégie chez LFI

Un récent sondage disait que les Français avaient plus peur de la FI que du RN. Allez-vous changer de stratégie à l’Assemblée ?

Ce n’est pas ce que je constate. Pendant toute la période de la mobilisation contre la réforme des retraites, où les députés du RN étaient d’ailleurs complètement absents, les gens venaient nous voir et nous remercier de porter la voix de l’opposition. Nous portions haut et fort la colère des gens qui sont descendus dans la rue par millions. Nous disons haut et fort l’injustice de cette réforme. C’est aussi pour cela que nous, la Nupes, sommes apparus comme la première force d’opposition durant cette séquence. La radicalité, nous continuerons de la porter parce que je crois que c’est efficace. On voit très bien les députés du Rassemblement National qui portent des cravates et des costumes pour se donner une apparence de gens responsables dont les idées ne sont pas respectables. Ce sont des idées rances, racistes et xénophobes. Pendant le projet de loi immigration, ça va être un déchaînement de parole toutes plus insultantes les unes que les autres contre les immigrés.

Dans leur ouvrage, Julia Cagé et Thomas Piketty reprochent à la gauche de trop parler de combat intersectionnel et de minorités et pas du rapport de classe. Qu’en pensez-vous ?

Je crois qu’ils font un constat qui recoupe une analyse que nous faisons au niveau politique. Les difficultés sociales qui sont celles des quartiers populaires recoupent les difficultés sociales des zones rurales. C’est le cas avec les services publics par exemple. Je n’ai pas fini de lire leur livre mais nous les recevons à l’institut de la Boétie pour un échange sur ce constat.

Quelle union pour les Européennes ?

Nous continuons à pousser pour qu’une liste commune Nupes puisse exister aux élections européennes, parce qu’elle peut battre la liste macroniste et la liste d’extrême droite. C’est un enjeu majeur que le soir de l’élection nous puissions dire: nous sommes l’alternative. Ensuite. le programme de 650 me. sures que nous avons est un programme qui a vocation à être porté et pas seulement aux élections législatives. Nous avons une responsabilité en France mais aussi en Europe, parce qu’il y a des pays où notre camp n’existe plus.

La vie politique locale

Quel regard portez-vous sur l’action de Michaël Delafosse ?
Je n’ai pas la même vision de son bilan que lui. Il a augmenté le prix des piscines municipales durant l’été alors qu’à Montpellier; nous passons par des périodes de canicule intenses. C’est une injustice sociale. Le fait de rendre payantes les places de stationnement autour des hôpitaux et des facs c’est aussi une injustice sociale. On pourrait en décliner d’autres mais ce qui revient le plus en circonscription, c’est la colère face à l’absence d’écoute. Il faudra donc présenter une liste contre lui.

N’est-ce pas le risque de laisser la mairie à la droite?

Qui croit encore que Michaël Delafosse est de gauche ? Sa seule réponse durant les révoltes urbaines c’est : « Il faut supprimer les allocations et expulser les délinquants de leur logement. » C’est Ciotti qui le proposait en 2010 et c’est un échec absolu. La Fl est devenue une force politique incontournable dans le pays et a fortiori à Montpellier. Mélenchon a fait 40,73 % à la présidentielle et je suis élue au second tour des élections législatives avec 63 %. La FI prépare les élections municipales 2026 et j’aurai un rôle à jouer.


Découvrez aussi

En finir avec le dogme du libre-échange

L’UE a validé en catimini l’accord de libre-échange avec la Nouvelle-Zélande, qui augmentera le commerce de viande, de beurre, de fromage sur 20,000km. Ces accords commerciaux ont des conséquences lourdes sur l’environnement,...