On ne dispose pas de son corps à moitié

25 janvier 2024 | A l'Assemblée nationale, Dans l'hémicycle

A l’occasion des débats sur la proposition de loi constitutionnel pour inscrire le droit à l’IVG dans la Constitution, j’ai rappelé que graver dans le marbre de la Constitution le droit à l’IVG, c’est permettre aux personnes de disposer de leur corps pour de bon, sans renonciation.

Découvrez aussi

Notre boussole politique doit être le droit international

La Cour Internationale de Justice reconnaît que 4 des 5 critères de génocide sont reconnus à Gaza.La France, signataire de la Convention de l’ONU sur le génocide, doit prendre des mesures. Intervention en commission des affaires étrangères...